Exposition du 21 juin au 1 juillet 2016

gus

 

Les adolescents du Centre Oreste  participant aux groupes thérapeutiques Libre- cours / Imagine / Corpor’Elles / Voix
vous proposent une exposition d’oeuvres individuelles & collectives.

Clo, Lala, Adèle, Shifoumi, Osselait, Schpwit, Marcus896, Steambat, Pâtecarbo, Coco, Camille, Clémence, Vadorkiller14, Manon,Thaïs, Volodia, BlueShark37, Myify, Amélie, Victoria, Chloé, Kanoyuki, Roross.

Du 21 juin au 1 juillet 2016

Dans la verrière du Centre Oreste  

Au 66 Boulevard Béranger

37000 TOURS

Logo hébé et hôpital du Chinonais

 

Adolescence & Psychanalyse « Une histoire toujours vivante »

Affiche adolescence Vendredi 20 Novembre 2015, de 9h00 à 17h00. Amphithéâtre George Sand, CHU Clocheville.

« Pour l’homme, le passé ressemble singulièrement à l’avenir. Lui raconter ce qui fut, n’est ce pas presque toujours lui dire ce qui sera? » H. De Balzac, La recherche de l’absolu.

L’adolescence est un concept moderne qui n’apparaît pas en tant que tel dans le corpus théorique freudien.Toutefois Freud aborde la problématique pubertaire dans le 3ème chapitre des  » Trois essais sur le sexualité », paru en 1905 puis remanié jusqu’en 1924: c’est dire l’importance qu’il accordait à cette période.

L’adolescence reste abordée comme un concept limite entre un phénomène social, et un processus de maturation subjective, articulé à ses remaniements psychologiques. L’histoire récente, du concept d’adolescence est ainsi marquée par ce nouage entre le sociétal et le subjectif.

L’adolescence est née récemment dans notre civilisation, nous sommes la première ou la seconde génération à avoir vécu une réelle adolescence en tant que phénomène générationnel.

Après Freud, il aura fallu un certain temps… de latence pour que les psychanalystes prennent en compte la singularité de la clinique adolescente.

Le « symptôme adolescent » (et non le symptôme de l’adolescent) s’exprime préférentiellement sur la scène sociale, familiale et scolaire: cette expression dans l’espace publique questionne « le » politique.

L’enjeu contemporain dans l’accompagnement de ce processus psychique parfois difficile est de s’extraire des écueils liés à la sur pathologisation ou encore à la banalisation de la « crise » d’adolescence.

Lire la suite.

Programme 2015-16 association culturelle de Psy B

CHRU_logo_RVBProgramme de l’association culturelle du CPTS Psy B

l’espace de la Douzilière, 25 rue de la Douzillière à Joué les Tours

de 14h à15h 30 les 3è vendredi de chaque mois le plus souvent (pause en décembre, juillet aout)

Comité d’organisation:

Catherine BARACO, MIchèle DIME, Edhites DREYFUS, Nadine CHARTIER, Brigitte HENRY NOUZILLEAU, Magalie LEMONNIER, Amélie PICARD, Pierre ROBER

CPTS PSY B avenue du Générale de GAULLE 37550 Saint Avertin

informations : 02 47 47 59 73 ou 02 34 37 89 45

Vendredi 18 septembre 2015

Christine CAUSERA, ancienne infirmière en psy B S’intéresse à la Botanique –  cuisine des fleures, fait des ateliers à la Gloriette

« Les plantes sauvages – cuisines – et leurs bienfaits »

Vendredi 16 octobre 2015

Professeure Catherine BARTHELEMY

« Vivre l’autisme dans son corps: de la clinique à l’intervention »

Vendredi 20 novembre 2015

Alice GUIGNARD stagiaire psychologue 2014/2015

« la vie en psychiatrie »: présentation d’une émission de radio faite avec patients et soignants émission diffusée sur « radio Béton » et « Radio G » fin 2015

Vendredi 15 janvier 2015

Pascal NAU, pharmacienne, intervenante en cancérologie à l’hôpital

« Présentation de la méditation plein conscience »

Vendredi 05 février 2016

exceptionnellement 1er vendredi 14h/16h DVD « A peine ombre » sur la Clinique de la Borde (film fait en 2012)

En présence du réalisateur Nazim DJEMAI et de Geneviève CARLES, responsable de la prise de son et du montage.

Vendredi 11 mars 2016 ATTENTION: 2è vendredi

Dimitri TSIAPKINIS, chorégraphe et danseur, des soignants et des patients présentation de leur travail et démonstration.

Vendredi 22 avril 2016

une autre exeption: 4è vendredi

Martial RAIMBAUD, cadre infirmier en pédo psychiatrie à Romorantin

« Les jeunes diplômés et leur rapport aux soins, l’éthique et le devenir des étudiants infirmiers »

Vendredi 20 mai 2016

Lise GAIGNARD psychologue clinicienne et COLLECTIF D’INFIRMIER ET DE PSYCHOLOGUES:

présentation de leur article paru dans la revue « Institution »

« Je me souviens »

texte qui démystifie le passé des infirmiers en psychiatrie.

Vendredi 17 juin 2016

ASSEMBLEE GENERALE Bilan idées pour l’année suivante…

Séminaire Recherche itinérante psy A, programme 2015-2016

Sans titreL’association Recherche itinérante organise comme chaque année un séminaire sur les psychoses

les quatrième mercredi de chaque mois (sauf pendant les vacances scolaires) – de 15 h à 17 h à l’Hôpital Bretonneau – Bâtiment B1A – Grande salle de réunion

Association créée en 2005 Enregistrée à la Préfecture d’Indre-et-Loire le 11 juin 2005 N° de formation permanente n° 24.37.0132737

le programme est accessible à partir du lien suivant:

Séminaire psychoses programme 2015-16

informations complémentaires:

Psychiatrie A – CHRU

37 044 TOURS CEDEX 9

02 47 47 46 57 – 6 02 47 47 84 27

* recherchesitinerantes@orange.fr

6ème colloque de l’ARCAD

6_colloque_Arcad

« Les voyages forment-ils la jeunesse ? » Qu’il s’agisse d’un voyage proche et familier ou dans des contrées éloignées et inconnues, voyage préparé, ou coup de tête, seul ou en groupe, qu’il s’agisse d’un voyage intérieur, dans les méandres de l’introspection adolescente, ou qu’il s’agisse d’un voyage immobile dans les mondes hallucinatoires (le « trip » sous produits), imaginaires ou numériques (livres et Jeux Vidéo), la figure de l’adolescence, fantastique, toute-puissante, mégalomane, héroïque, immortelle et triomphante, ne peut se penser dans l’immobilité ! Les fondements des théories de l’adolescence ne sont pas très loin. Ce sont elles qui insistent toujours sur la dimension processuelle, dans des acceptations, évoluant entre pubertaire et adolescents, confrontation à la sexualité nouvelle sous le sceau de l’archaïque génital entre impasse et accès au projet de subjectalisation, contraignant l’adolescent à effectuer un travail de création, qui se conçoit comme un « voyage ». Les investissements tant narcissiques qu’objectaux, se construisent progressivement dans un parcours allant, de la scène familiale opposant l’adolescent aux figures parentales potentiellement toxiques, vers d’autres scènes « ailleurs », scènes sociétales, culturelles et « touristiques », comme autant de voyages initiatiques au plaisir de penser et à la rencontre de la complémentarité.
Lire la suite.